Les drogues pouvant avoir des bienfaits sur la santé

3 mois Ronald

L’utilisation de drogues illicites à des fins médicales est un sujet controversé, même si de plus en plus de pays autorisent l’utilisation de marijuana à des fins médicales et d’autres substances chaque année. Et l’automédication peut parfois être dangereuse.

Les risques potentiels liés aux pratiques d’automédication incluent l’autodiagnostic incorrect, les délais dans la recherche d’un avis médical… ou encore un dosage incorrect. En raison de ces risques, les médecins déconseillent vivement la consommation non réglementée de drogues illicites. Néanmoins, les chercheurs continuent de découvrir un nombre surprenant de bénéficies pour la santé pour les drogues largement utilisés à des fins récréatives.

Les effets de certains champignons

Les champignons contenant de la psilocybine produisent des hallucinations colorées, même lorsqu’ils sont consommés en petites quantités. Il existe également des preuves que des petites quantités de psilocybine peuvent soulager les symptômes de céphalées en grappe, du trouble obsessionnel et de la dépression.

Voici une vidéo parlant de ces bienfaits :

Une recherche a révélé que les personnes prenant de la psilocybine avaient un rappel amélioré, faisant de cette substance un complément efficace à la psychothérapie. Une autre étude à aussi révélé que le médicament ralentissait l’activité dans les centres du cerveau hyperactifs chez les personnes souffrant de dépression.

L’ecstasy, un bon produit ?

Aussi connu sous le nom MDMA, l’ecstasy est un composé synthétique qui produit des hallucinations, des sentiments de chaleur émotionnelle et des niveaux élevés d’énergie. Les mêmes propriétés psychoactives qui rendent l’ecstasy si populaire auprès des fêtards peuvent également le rendre utile dans le traitement du trouble de stress post-traumatique.

D’autres recherches ont montré que l’ecstasy possède de solides propriétés anticancéreuses, en particulier pour la leucémie, le myélome et le lymphome. Des chercheurs ont découvert qu’une forme légèrement modifiée de ce produit était 100 fois plus efficace pour détruire les cellules cancéreuses que la forme originale de MDMA.