Comment fonctionne la cryothérapie ?

2 semaines Ronald

La cryothérapie est un traitement qui malheureusement était encore méconnu du grand public dans le passé. Cette thérapie par le froid extrême propose néanmoins de nombreux bienfaits : récupération sportive, élimination des graisses, soulagement des douleurs… Aujourd’hui, cette méthode de bien-être séduit de plus en plus d’adeptes.

En suivant une séance de cryothérapie, il est possible de soigner différents symptômes. D’ailleurs, cette technique est très utilisée dans l’univers du sport pour ces nombreuses vertus. Mais voyons de près ce qu’est vraiment la cryothérapie.

C’est quoi une cryothérapie ?

Une technique bien connue dans l’univers du sport, la cryothérapie est une pratique médicale incroyable. Grâce au froid, il est possible de geler les cellules du corps pendant une durée réduite. Elle a pour but de vivifier le corps, à procurer une sensation générale de légèreté et à soulager les douleurs musculaires. Il est tout à fait possible de générer un regain d’énergie grâce à ce procédé.

Une technique innovante, pleine de potentiel, qui ne cesse de se développer dans le domaine de la santé. Notez également qu’elle a un intérêt esthétique. En effet, il permet de préserver la jeunesse et la tonicité du corps.

Les bienfaits de la cryothérapie

Le principe de la cryothérapie consiste à exposer l’ensemble du corps au contact d’une vapeur froide dans une cabine. La durée d’exposition est généralement de trois minutes. La température est réduite progressivement pour permettre au corps de s’adapter au froid.

Bien évidemment, il s’agit ici d’un important choc thermique, mais qu’on peut atteindre les -140 °C lors d’une séance. Très souvent utilisée par les footballeurs ou les cyclistes professionnels, la cryothérapie attire de nombreux adeptes. Le froid est connu pour ses effets antalgiques et favorise donc la récupération du corps. D’autre part, elle favorise la sécrétion d’endorphines et booste le système immunitaire. Autant de bienfaits que la majorité des gens ne savent pas encore.