Comment les jeux peuvent-ils devenir une véritable addiction ?

4 mois Ronald

Paris sportifs, jeux de tirage ou de grattage, machines à sous, casino… Les jeux d’argent sont nombreux. Si certains jouent pour le bon plaisir, d’autres quant à eux en sont accros. D’après les chiffres annoncés par le centre de référence sur le jeu excessif, environ un million de français sont addicts aux jeux.

Une pratique de jeu problématique qui pousse certains joueurs à dépenser des fortunes. Notez que la législation de jeux d’argent en ligne n’est pas encore claire à ce sujet. Ainsi, les joueurs peuvent aujourd’hui jouer en ligne sans limite. En effet, cela dépend du comportement de chacun, puisque la loi ne les contraint pas à arrêter de jouer.

Le processus de la dépendance aux jeux

Les addicts aux jeux souffrent en général d’une dépendance même s’ils ne consomment pas de drogue. Toutes les addictions proviennent en général d’une partie spécifique du cerveau, à savoir le système limbique. Cette partie du cerveau reçoit divers messages qui l’informent sur le niveau de satisfaction des envies de l’organisme : si on est reposé, si on a envie de dormir, si on a froid ou chaud, si c’est bon, si on a bien mangé…

Le système limbique reçoit même les renseignements sur la satisfaction lors de contacts sexuels ou sociaux. Ceux-ci sont alors diffusés ensuite à une autre zone située plus en avant, le noyau accumbens. Cette transmission génère un circuit qui permet au cerveau de déterminer toutes les actions perçues comme agréables. Le cerveau fait alors tout pour les consolider en diffusant des signaux positifs. Ce mécanisme s’appelle un circuit de la récompense.

Le circuit de la récompense nécessite la présence de messagers chimiques, dont la dopamine qui est le neuromédiateur de la récompense et du plaisir. Le cerveau en produit dès qu’une expérience est avantageuse. Habituellement, elle est indispensable pour l’apprentissage de ce qui est bénéfique ou non pour l’organisme.

Cependant, il peut arriver où ce circuit s’emballe. Ainsi, pour les cas des joueurs pathologiques, il encourage la répétition d’un comportement qui a produit la satisfaction. Cette situation engendre alors un besoin compulsif qui est le résultat du dysfonctionnement du circuit et non pas de la prise d’une drogue. Au final, le joueur ne peut plus de contrôler et ressent continuellement un besoin absolu de jouer…

Une addiction qui enferme le joueur dans un cercle vicieux

Sentiment de puissance, montée d’adrénaline, excitation, tension… Le jeu attire de plus en plus de personnes, puisqu’il provoque de nombreuses sensations. Une quête de sensation qui les amène à renouveler l’expérience.

Mais le plus souvent, au fil du temps, le plaisir de jouer se transforme en pulsion et en obsession. La conséquence est vraiment désastreuse, puisqu’il consacre de plus en plus de temps au jeu, devient agressif et s’isole, ment à son entourage, et fini par oublier tout ce qui l’entoure.

Malgré tous les efforts pour s’en sortir, l’envie de jouer devient alors incontrôlable, on dit que le joueur est de plus en plus compulsif.