Débat concernant la loi sur le cannabis en France

1 année Ronald

Pour les personnes qui apprécient vivre dans une société saine sans présence de produits stupéfiants, la loi sur le cannabis n’a même pas lieu d’être. Ces personnes se rassemblent et appuient surtout les idées du MILDT. De l’autre côté, il y aussi les défenseurs de la consommation du cannabis à usage thérapeutique qui veulent approuver la loi, à travers les appuis du CIRC.

Contre la loi du cannabis : le MILDT

Parmi les entités qui sont contre la loi du cannabis et la libéralisation de la consommation du cannabis, on retrouvera le MILDT ou la Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie. Cette dernière insiste surtout sur les effets néfastes des substances narcotiques sur l’organisme et dans la société. Par ailleurs, avec les conséquences que peuvent avoir le cannabis sur l’état physique et mental d’un individu, le MILDT considère que le cannabis est une drogue dure, donc, qui est à interdire formellement, car dans la lignée de LSD ou encore des héroïnes. Par ailleurs, le MILDT informe également le grand public sur le réseau internet que le cannabis au lieu d’apporter du plaisir entre amis, peut provoquer différentes formes de malaises comme le phénomène de la bouche sèche, celui de la fringale, les yeux rouges et bien d’autres encore. Mais elle affirme également que les effets à long terme de ce produit peuvent nuire la jeunesse.

Le côté pour : le CIRC

Le CIRC se consacre surtout sur les recherches des bienfaits qu’apporte le cannabis d’où son nom signifiant, Collectif d’Information et de Recherche Cannabique. Ce collectif apporte ainsi ses arguments sur les bienfaits de la consommation du cannabis,  mais aussi ses conséquences sur la société. En effet, il propose que si les fumeurs plantent chacun du cannabis chez eux, ainsi il y aura plus de mains vertes en France. Ce qui peut entraîner moins de conséquences sur la santé de la personne addict et de son entourage. Il avance également que cette approche pourrait réduire la présence de trafiquants sur le territoire français.